L’enseignement culturel dès la naissance et le plus jeune âge

En route pour des jours heureux Forums Culture/Loisirs/Animation/Association L’enseignement culturel dès la naissance et le plus jeune âge

  • Ce sujet contient 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par dodecaedres, le il y a 10 mois.
Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #533
      dodecaedres
      Participant

      Nous savons que tout se joue dès le premier âge : l’affect, l’autonomie, la confiance en soi, la curiosité, l’audace, la créativité, l’émerveillement.
      Les programmes d’enseignement peuvent suppléer aux manques auxquels l’enfant-citoyen et le jeune citoyen a pu être confronté dans le milieu familial pour causes de statut social et culturel peu favorisé des parents.
      En renforçant la place de l’éducation aux arts, à la culture et à la créativité multi-formes (peinture, musique, poésie, volumique, théâtre, cinéma,…) dans le cursus scolaire, non seulement on rétablit une injustice préjudiciable à l’individu et à la société toute entière mais on assure aussi une base solide commune à ce qui fait société, on crée une dynamique de vie et de pétillement qui se retrouvera, une fois adulte, dans une appétence pour l’art et la création culturelle.
      Donner du sens et pouvoir se situer dans un parcours est essentiellement du registre culturel. Aussi articuler dans l’enseignement le culturel avec l’histoire générale et l’histoire de l’art permettrait de décloisonner et de fluidifier la compréhension, l’acquisition et l’intégration créative d’approches actuellement conçues comme des disciples différentes et indépendantes.

      Dans ce cadre le rôle des établissements culturels nationaux et régionaux ou municipaux seraient principalement de développer des actions régulières et systématiques en direction du jeune public et des scolaires de tous niveaux, et suivies durant tout le cursus scolaire d’un élève. C’est à dire de cesser de faire des coups ponctuels plus vécus comme « une sortie » que comme une rencontre et un prolongement, un appel à libérer ses propres potentialités créatives.

      Dès le Cours Préparatoire chaque enfant, partout en France en zone urbaine comme en zone rurale et périphérique, devrait pouvoir bénéficier d’une inscription en bibliothèque puis d’un accès gratuit à des écoles des arts et aux musées et à des « fabriques culturelles » où l’enfant expérimenterait sa propre créativité autour, par exemple, d’objets et éléments de récupération et de détournements d’usages.

      Ce faisant le statut de l’artiste deviendrait naturellement intégré à la vie de la cité et non plus octroyé par le bon vouloir (ou pas) d’un pouvoir quelconque. L’intervention culturelle en lieu et place publique serait la nouvelle « norme » des pratiques génératrices de libertés et de lien social pouvant/devant reposer sur la co-création avec les habitant-es de projets collectifs. La constitution de collectifs de quartiers et d’intervention de rues redonnerait vie à la ville et au village, impliquant de manière intergénérationnelle, tout à chacun-e.

      Quitter la grisaille d’une vie pour l’ensoleiller et la colorer de mille reflets au rythme des saisons et des thématiques.

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.