Par quel bout ?

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #258
      S
      Maître des clés

      L’écologie est souvent abordée par deux entrées différentes : soit le politique de terme partisan soit l’émotionnel de terme compatissant. Rarement du simple point de vue sanitaire. Sanitaire au sens santé physique et psychique, éthique et spirituelle (hors religion), esthétique de vie.

      C’est certainement là que se joue l’avenir de notre « humanité » sur Terre, si déshumanisée aujourd’hui et ravalée au rang de valeur marchande et d’objet transactionnel. Un vivant amputé en quelque sort de sa dimension de vie, qu’il soit bipède, quadrupède ou volant et nageant ou encore végétal et fossile.

      Affirmer que tout est, dans le vivant, interaction et informationnel devient aujourd’hui possible, et conduisait il y a peu encore au bûcher de la bien-pensance. De l’organisme unicellulaire au plus complexe et développé chacun-e est à la fois le vecteur et le biotope. Une intégrité singulière en résonance avec l’autre et avec la totalité, formant l’autre et la totalité.

      De quel droit impérialo-déiste une entité dite douée de raison porte-t-elle atteinte alors à notre dénominateur commun et à notre symbiotique en polluant le fragile équilibre en évolution duquel nous participons?

      Concevoir simplement la destruction de l’atome où la contamination des organes et du macrobiote relève d’un acte que l’on peu qualifier de démence. Mettre en oeuvre de telles pratiques dans des activités individuelles et collectives impactantes se doit donc relever de l’ordre de l’interdiction pure et simple et, en cas de passage outre, de la prison.

      • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois et 3 semaines par medecines douces.
      • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois et 3 semaines par S.
Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.