Qu’est-ce qu’agir ?

Vous lisez 1 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #255
      conscience
      Participant

      Agir n’est pas poser un acte et passer à autre chose.

      Face à la violence d’Etat et, d’une manière générale des pouvoirs d’autorité, agir c’est être à la hauteur de la coercition, de la répression, de la domination, des atteintes à l’intégrité du vivant. C’est se départir de ses propres conditionnements de soumission et d’acceptation/collaboration pour être dans une affirmation de refus, de dignité personnelle et collective.

      Ainsi agir n’est pas se donner bonne conscience comme, par exemple :
      . signer une pétition en ligne ou papier: les caves des assemblées et institutions sont gorgées de tonnes de pétitions-papier tout comme les serveurs internet des opérateurs et des destinataires
      . relayer une information produite par une source institutionnelle (avec éventuellement un petit commentaire offusqué)
      . passer des heures sur son clavier ou son smartphone à discutailler
      car pendant ce temps la domination perdure, l’exploitation et la prédation s’amplifient.

      Agir ce n’est pas quémander, solliciter, interpeller celui qui exerce la violence institutionnelle.
      Agir c’est être à l’initiative à deux, trois, dix, cents, mille.
      Agir c’est enrayer une mécanique, la gripper dans son fonctionnement.
      Agir nécessite une volonté ferme et sereine, déterminée et du courage bien loin d’un rituel protestataire telle une manifestation à l’issue de laquelle le vide et le néant, le rien et le sans-suite reprennent toute la place.
      Agir c’est déterminer un objectif concret et une stratégie pour l’atteindre, l’éxécuter puis le faire savoir.

      Les transformations d’émancipation ont toujours été historiquement à l’initiative d’une minorité qui, plus tard, a été rejointe par un plus grand nombre. Et non pas l’inverse comme attendre un rapport de force numériquement indéterminé et hypothétique qui laisse le champs libre à la mécanique infernale de l’exploitation.

      • Ce sujet a été modifié le il y a 5 mois par boutique2345.
      • Ce sujet a été modifié le il y a 4 mois et 3 semaines par S.
    • #532
      apitherapie
      Participant

      Au niveau de l’individu, passer à l’acte est une affirmation de soi et nécessite de sortir de ses schémas mentaux de renoncement et de résignation, ou d’indifférences multiformes et de replis, de peurs aussi (ah les crédits qui tiennent par les « c.. » même ceux et celles qui se pensent et conçoivent comme subversifs voire révolutionnaires).
      L’être humain a été tant infantilisé :
      modèle éducatif, élections anti-démocratiques, relation hiérarchique de travail, …
      tout en voyant sur-valorisé son égo :
      société du spectacle, mise en scène de soi, jeu de mensonges comme norme sociétale, sur-consommation d’objets comme apanage de la réussite et d’un bien-être matériel illusoire
      qu’il est pris dans un maillage conceptuel normatif de soumission.
      Il serait judicieux de poser la question de l’action en tant que réappropriation de dignité humaine et de libération des schémas infantilisant en osant affronter et l’ennemi et ses propres peurs.
      Histoire de grandir mentalement.

Vous lisez 1 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.